Powered by Bravenet Bravenet Blog

Subscribe to Journal

Tuesday, August 29th 2006

16:36

Souvenirs d'été - Episode 3

 

Aujourd'hui on poursuit notre route en direction de La Riche, petit village à côté de Tours, où je me suis rendue pour admirer cette merveille (évoquée par VeroM récemment) : le Prieuré de St Cosme !

 Brève histoire :

En 1092, le chapitre de St Martin, propriétaire des lieux, fonde à l'emplacement d'un oratoire du X° siècle dédié à St Cosme et Saint Damien, un prieuré confié à 5 chanoines désireux d'y vivre selon la règle augustinienne.
Plus tard, au XV° siècle, le prieuré bénéficie de la prodigalité du roi Louis XI résidant au chateau voisin du Plessis-Les-Tours; l'eglise est alors restaurée, agrandie et une nouvelle maison du prieur est construite.

En 1565, la communauté de St Cosme accueille son plus illustre prieur : Pierre de Ronsard qui y résida jusqu'à sa mort en 1585.

Après une longue période de prospérité, la décadence du prieuré s'amorce avec la suppression canonique prononcée en 1742 par l'archevêque de Tours. Ainsi dès 1744, l'église et le cloître sont livrés aux démolisseurs.

En 1791, le domaine est vendu comme bien national. Les terrains sont alors utilisés pour la culture maraîchère, les bâtiments remaniés pour servir de granges, d'étables ou d'habitations.

En 1925, le duc de Trévise, Président de la Sauvegarde de l'Art Français avec le concours de deux new-yorkais, procède au rachat d'une partie du prieuré et les premières fouilles débutent.

Malheureusement, les bombardements alliés de la Seconde Guerre Mondiale, visant le pont ferroviaire voisin, n'ont pas épargné les lieux. Les fouilles reprennent en 1946 accompagnées de lourds travaux de restauration.

Aujourd'hui, ne subsite dans le jardin que la grande arcade gothique du croisillon méridional de l'église ainsi que son chevet roman daté de la fin du XI° avec ses deux absidioles. Le premier étage de la maison du prieur est dévolu aux appartements de Ronsard dont un petit cabinet utilisé par le poète pour ses travaux. C'est ici, âgé de 61 ans, que Ronsard a dicté ses derniers vers et s'est éteint. Selon sa volonté, ses restes ont été inhumés dans le choeur de l'église prieurale où ils reposent toujours.

 


 

Un beau jardin, de jolies couleurs, des ruines, des cyprès élancés, de vieilles pierres et par-dessus tout, le calme d'une matinée ensoleillée où nous étions les seuls visiteurs...   enchanteur et inoubliable mon coup de coeur de cet été, assurément...

A demain où nous ferons route vers le nord...

 

Migonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu, cette vêprée
Les plis de sa robe pourprée
Et son teint au vôtre pareil.

Las! Voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, Las! ses beautés laissé choir ;
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir!

Donc, si vous me croyez, mignonne,
tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Ceuillez, ceuillez votre jeunesse:
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Pierre de Ronsard, Les Amours, 1552.

0 Comments.

There are no comments to this entry.